Fleurs...

Vent de Toussaint

Terreur de marin.

De Saint Michel à la Toussaint
Laboure Grand train.
A la Toussaint,
Manchons au bras, gants aux mains.

Pour la Toussaint
Laisse l'éventail et prends les gants.

De la Toussaint aux Avents,
Jamais trop de pluie ou de vent.

Vent de Toussaint,
Terreur de marin Novembre,.

Toussaint le commande,
Saint-André (10 novembre) le voit descendre.

A la Toussaint
Commence l'été de la St Martin.

A la Toussaint blé semé
Aussi le fruit enfermé.

A la Toussaint
Le froid revient
Et met l'hiver en train.

La Toussaint venue
Laisse ta charrue.

Le jour des morts ne remue pas la terre
Si tu ne veux sortir les ossements de tes pères.

Autant d'heures de soleil à Toussaint
Autant de semaines à souffler dans ses mains.

Telle Toussaint, tel Noël,
Pâques au pareil

Fleurs...

Fleurs...

Fleurs...

 

Voici que la saison décline,

L'ombre grandit, l'azur décroît,

Le vent fraîchit sur la colline,

L'oiseau frissonne, l'herbe a froid.

 

Août contre septembre lutte ;

L'océan n'a plus d'alcyon ;

Chaque jour perd une minute,

Chaque aurore pleure un rayon.

  

La mouche, comme prise au piège,

Est immobile à mon plafond ;

Et comme un blanc flocon de neige,

Petit à petit, l'été fond.

  

 

Ce simple et beau poème qui présente merveilleusement la saison

qui approche à grands pas a été écrit par Victor HUGO

(né en 1802 et mort en 1885).

Fleurs...

Fleurs...

Fleurs...